Les énergies renouvelables, 1ère source d’électricité en UE

chaudiere electrique verte

L’Union européenne avance pas à pas vers son objectif de neutralité carbone fixé en 2050 mais les résultats étaient jusqu’ici peu encourageants. Le centre de réflexion Ember dévoile cette fois-ci des résultats de bon augure face à l’atteinte de cet objectif : dans l’ensemble des pays européens, les énergies renouvelables ont représenté la première source d’électricité au premier semestre 2020 !

C’est la première victoire de ce que les dirigeants de l’Union européenne espèrent être une longue série. Pour la première fois, la production d’électricité par des énergies renouvelables a dépassé la production d’énergie issue de combustibles fossiles. L’éolien, le solaire, l’hydraulique et la bioénergie ont ainsi produit 40 % de l’électricité au sein de l’UE, tandis que les combustibles fossiles ont généré seulement 34 % de la production européenne. Dans le détail, l’hydraulique a produit 13 % de l’électricité au premier semestre et la bioénergie 6 %.

Inversement de la situation

Rien ne laissait présager ce résultat, au contraire. La crise liée au coronavirus et l’arrêt brutal de l’activité de nombreuses entreprises laissaient craindre la mise de côté des énergies vertes, d’où la précipitation du gouvernement français à enchaîner les mesures et les plans de relance en faveur de la transition écologique. Alors comment expliquer cette augmentation de la production d’énergie renouvelable ?

La part des énergies renouvelables a augmenté de 11 %, notamment grâce à de nouvelles installations d’éoliennes, de panneaux solaires et à des conditions climatiques « favorables lors d’un début d’année doux et venteux ». Par conséquent, l’énergie solaire et éolienne atteint 21 % de la production totale d’électricité en Europe (en 2016, celle-ci était de 13 %), un « record ». En Allemagne, ces énergies représentent même 42 % de la production de l’électricité, et au Danemark cette part est encore plus importante, à 64 % !

Cependant, Ember souligne qu’il existe une différence entre l’offre et la demande, qui doit être revue pour permettre aux énergies vertes de percer.

Ce n’est pas la seule raison qui a permis ce record. En effet, les combustibles fossiles ont au même moment chuté de -18 %. Une diminution que les experts d’Ember expliquent par l’augmentation de la production des énergies renouvelables, mais aussi par une baisse de -7 % de la demande d’électricité en raison de la crise liée au Covid-19. La production de charbon et de gaz a elle aussi respectivement diminué de -32 % et -6 %. Ce qui a notamment permis un chute de -23 % des émissions de CO2 dans l’UE.

Un autre événement a également fait pencher la balance : en Allemagne, la production de charbon s’est effondrée de -39 %, passant en-dessous de celle de la Pologne. Cette chute est principalement liée à la diminution d’exportation d’électricité du fait de demandes dé-crescendo avec la crise liée au coronavirus.

« Cela marque un moment symbolique dans la transition du secteur électrique européen », selon Dave Jones, analyste senior chez Ember. « Pour des pays comme la Pologne et la République Tchèque, qui se demandent comment se débarrasser du charbon, il existe désormais une issue claire. Le nouveau Green Deal européen fournira à la fois de nouveaux investissements dans l’éolien et le solaire, ainsi qu’une voie loin du charbon grâce au fonds Just Transition élargi. Cela contribuerait à achever la transition de l’Europe du charbon à l’électricité propre ». La Pologne, la République Tchèque, la Bulgarie et la Roumanie ont elles aussi participé à la diminution de la production d’électricité par du fossile, avec une chute du recours au charbon de respectivement -12 %, -20 %, et même -40 % pour la Roumanie. Les experts d’Ember soulignent cependant que cette diminution est liée à des importations moins chères, et non à la prolifération d’énergies renouvelables. Avec le retour d’une activité progressive, la production d’électricité par le charbon pourrait donc bondir après ce déclin…

Après la crise, le rebond ?

« Il est maintenant clair que la transition du charbon vers le charbon propre de l’Europe se produit plus rapidement que la plupart des gens ne l’attendaient », écrit dans son analyse le centre de réflexion Ember. Mais ce record pourra t-il être de nouveau observé dans les prochains mois ? La crise liée au coronavirus ayant joué un rôle important – tant au niveau de la baisse des prix à l’import que dans la diminution de la production – un rebond d’électricité produit par des énergies fossiles est possible, d’autant plus que la crise sanitaire a retardé les chantiers d’installations d’éoliennes et de panneaux solaires.

D’un autre côté, avec les nombreuses actions et plans de relance en faveur de la transition écologique en Europe, les énergies renouvelables pourraient prendre une part encore plus importante de la production d’électricité, et d’autre part, il est envisageable que cette consommation verte deviennent une habitude au sein des pays ayant vu leur production le plus augmenter. Des deux cas de figure, nous ne saurons le résultat que d’ici quelques mois.

Source Batiweb.com

Article précédent
%d blogueurs aiment cette page :